Éducation

En savoir plus sur la médecine nucléaire

Médecine Nucléaire
Introduction et Définition

La médecine nucléaire couvre le domaine d’une pratique médicale basée sur des substances radioactives injectées, appelées Radiopharmaceutiques, qui peuvent être appliquées pour le diagnostic (Radiodiagnostic) ou la thérapie (Radiothérapeutique), ou les deux (Radiothéranostic).

Le produit radiomarqué, substance contenant un isotope radioactif ou un radionucléide, parcourt le corps jusqu’à atteindre sa cible. Grâce à un vecteur sur lequel ce radionucléide est greffé, il atteint et s’accumule dans un tissu biologique spécifique ou un organe. Cette molécule est alors utilisée pour localiser le tissu ou l’organe ciblé (diagnostic), pour initier la destruction de ces mêmes cellules (thérapie), ou les deux selon le type de radionucléide attaché.

Le terme radiotraceur fait référence à la notion de quantités infimes (traces) des substances utilisées, ainsi qu’à la capacité avantageuse de « retracer » la dissémination de la molécule dans l’organisme en conséquence de la radioactivité qui y est liée (lumière).

Le développement de la technologie d’acquisition d’imagerie associée à un puissant logiciel de technologie de l’information a entraîné le développement de la tomographie, générant des images en coupes transversales et des images tridimensionnelles. Certains éléments radioactifs peuvent être utilisés à des fins thérapeutiques grâce à leurs différentes propriétés physico-chimiques. En effet, leur effet ionisant à courte distance conduit à la destruction des cellules. L’utilisation de ces vecteurs en association avec des radionucléides thérapeutiques, essentiellement des émetteurs β ou α, est appelée radiothérapie vectorisée ou métabolique. Ces médicaments radiomarqués utilisés en thérapie sont également appelés radiothérapeutiques.

Radionucléides

La radioactivité naturelle est apparue pour la première fois de façon concomitante à la création de la Terre, et les radionucléides que l’on peut encore trouver dans le sol aujourd’hui sont en fait des isotopes de longue période ou des nucléides de décomposition datant de la matière d’origine. En conséquence, l’homme a toujours été exposé à la radioactivité environnementale, qu’elle soit d’origine terrestre ou cosmique, et ces radionucléides se retrouvent dans notre nourriture et indirectement dans chacune de nos cellules corporelles.

Un Radionucléide est une substance qui se dégrade de manière très constante dans le temps et émet une ou plusieurs radiations. Cette dégradation ou décroissance est définie par une constante, la période (ou demi-vie) correspondant au temps nécessaire à la moitié de la substance restante pour disparaître. Cette demi-vie est spécifique à chaque Radionucléide.

Le type de rayonnement émis est également spécifique à chaque radionucléide. Il existe cinq types de rayonnements qui présentent un intérêt pour la médecine nucléaire : pour le diagnostic, les émissions de rayons gamma (γ) et beta plus (ou positron) (β +) ont conduit au développement des techniques d’imagerie TEMP (Tomographie par Émission MonoPhotonique) et TEP (Tomographie par Émission de Positrons). Les radiations bêta moins (β–), alpha (α) et bientôt la conversion ou les électrons Auger sont utilisés en radiothérapie métabolique.

Parmi tous les radionucléides ayant un potentiel en médecine nucléaire, on retiendra ceux qui sont aujourd’hui les plus largement utilisés : l’Iode-123 et le Technétium-99m en tant qu’émetteurs γ, le Fluor-18 et le Gallium-68 en tant qu’émetteurs β +, et l’Iode-131 et le Lutétium-177 comme émetteurs β–. Les nouveaux venus incluront l’Astatine-211 et l’Actinium-225 dans la série émettrice alpha et le Tin-117m comme émetteur d’électrons de conversion.

Radiopharmaceutiques

Radiopharmaceutiques commercialisés

Actuellement disponibles pour les patients

Radiothérapeutiques en cours de développement

Essais cliniques en cours

Radiothérapeutiques en phase préclinique

Phase préclinique

Radiothérapeutiques interrompus

ACTUELLEMENT NON DISPONIBLEl

La liste suivante est destinée à fournir des informations sur les molécules qui sont arrivées sur le marché avec un soutien important de l’industrie radiopharmaceutique mais qui ont dû être retirées pour diverses raisons. Certains de ces médicaments pourraient avoir une seconde vie dans certains pays plus éloignés car la plupart d’entre eux ont été principalement retirés pour des raisons de commercialisation et de concurrence et leur efficacité n’est pas contestable.

livres

Envie d'en apprendre plus?

Afin d’expliquer cette technologie de manière accessible, un ouvrage de référence contenant des informations sur la Médecine Nucléaire a été rédigé par l’auteur de ce projet. Il était initialement destiné aux professionnels de l’industrie des Radiopharmaceutiques mais a ensuite été utilisé pour les patients et finalement distribué aux investisseurs potentiels. Cet ouvrage est actuellement disponible en français, anglais et espagnol.

Richard Zimmermann, « La Médecine Nucléaire : la radioactivité pour le diagnostic et la thérapie », EDP Sciences, France, 2006, 176 pages.